Située au coeur du quartier Saint-Roch, à Québec, la librairie La Page Noire est une librairie anarchiste autogérée visant la promotion d'alternatives au capitalisme, au contrôle de l'État sur nos vies ainsi que l'abolition de toutes autres formes d'oppressions. Dans une démarche d'ouverture et d'échanges, La Page Noire a pour mission de diffuser de l'information sur les luttes et les enjeux historiques et actuels .
Venez y bouquiner, prendre un café, rencontrer de gens avec qui discuter de féminisme, d'anarchisme, de surréalisme et plus encore...

4.16.2015

Disparition d'Eduardo Galeano.



Eduardo Galeano est décédé ce 13 Avril à Montevido (Uruguay). Avec lui meurt peut-être la dernière figure d'auteur engagé du siècle passé. Oui, Galeano était comprometido (engagé en espagnol) : journaliste dans la presse de gauche latino-américaine, il sera obligé de fuir la dictature uruguayenne, puis celle de l'Argentine.
Toute sa production sera marquée par son engagement contre l'injustice et pour l'égalité, pour la défense des dominés et la condamnation des oppressions. Il sera surtout connu pour son livre Les veines ouvertes de l'Amérique latine dans lequel il dénonce de manière crue et sans compromis le pillage de l'Amérique latine par les puissances occidentales et qui sera le cadeau de Hugo Chavez à Barack Obama, lors de leur première rencontre. Cet engagement transpire dans ses romans, dans ses articles sur le football, ou dans ses poèmes en prose.

En voici un bel exemple (le texte original en espagnol suit) :

Les rien

Les puces rêvent de s’acheter un chien et les rien rêvent de ne plus être pauvres, ils rêvent d’un jour magique où la chance tomberait du ciel, en pluie drue ; mais la bonne fortune n’est pas tombée hier, elle ne tombera pas aujourd’hui, ni demain, ni jamais, elle ne tombe même pas en pluie fine, bien que les rien la réclament, bien que leur main gauche les démange, bien qu’ils se tiennent debout sur leur seul pied droit, ou commencent l’année avec un balai neuf.

Les rien: les enfants de personne, maîtres de rien.
Les rien : les personne, les niés, ceux qui courent en vain, ceux qui se tuent à vivre, les baisés, les éternels baisés :

Qui ne sont pas, bien qu'ils soient
Qui ne parlent pas une langue mais un dialecte.
Qui n’ont pas de religion mais des superstitions.
Qui ne sont pas artistes mais artisans.
Qui n’ont pas de culture, mais un folklore.
Qui ne sont pas des êtres humains mais des ressources humaines.
Qui n’ont pas de visage mais des bras.
Qui n’ont pas de nom, mais un numéro.
Qui ne figurent pas dans l’histoire universelle mais dans la presse locale.
Les rien qui ne valent pas la balle qui les tue.
Le livre des étreintes, Lux, 2012 pour l'édition en français

Los Nadies

Sueñan las pulgas con comprarse un perro y sueñan los nadies con salir de pobres, que algún mágico día llueva de pronto la buena suerte, que llueva a cántaros la buena suerte; pero la buena suerte no llueve ayer, ni hoy, ni mañana, ni nunca, ni en lloviznita cae del cielo la buena suerte, por mucho que los nadies la llamen y aunque les pique la mano izquierda, o se levanten con el pie derecho, o empiecen el año cambiando de escoba.

Los nadies: los hijos de nadie, los dueños de nada.
Los nadies: los ningunos, los ninguneados, corriendo la liebre, muriendo la vida, jodidos, rejodidos:

Que no son, aunque sean.
Que no hablan idiomas, sino dialectos.
Que no profesan religiones, sino supersticiones.
Que no hacen arte, sino artesanía.
Que no practican cultura, sino folklore.
Que no son seres humanos, sino recursos humanos.
Que no tienen cara, sino brazos.
Que no tienen nombre, sino número.
Que no figuran en la historia universal,
sino en la crónica roja de la prensa local.
Los nadies,que cuestan menos que la bala que los mata
El libro de los abrazos, 1989


Si jamais à la Page Noire vous trouverez le livre de étreintes (27$) et football entre ombres et lumières (25$)


4.09.2015

Atelier sur l'écologie urbaine avec Craque-Bitume, mardi 14 avril à 19h


Le collectif Subvercité pour ses pensées sauvages : le collectif d'écologie urbaine Craque-Bitume.

L'écologie urbaine, c'est quoi ?
C'est comment vivre en ville tout en respectant le milieu, les être vivants (plantes et êtres humains),
la citoyenneté avec pour objectif promouvoir une société écoresponsable.

Craque-Bitume, c'est qui ?
C'est un collectif d'écologie urbaine qui agit sur Québec, à travers de nombreux projets : compostage, développement de l'agriculture urbaine (de votre balcon aux jardins collectifs)...
Enfin, le collectif s'engage et invente une écologie participative pour Québec.
Par ailleurs le collectif fonctionne de manière autogérée et anti-hierarchique.

Venez discutez avec le collectif de leur compréhension de l'écologie urbaine , des actions relatives à l'écologie urbaine, de leurs expérience !

Finalement, cet atelier sera l’occasion d’échanger sur diverses pistes d’actions permettant de cheminer et de construire un vivre ensemble urbain où les humains peuvent vivent en harmonie ensemble et avec leurs environnements. 

3.12.2015

Mardi 17 mars de 17h00 à 19h00: lancement de la bande-dessinée «À Bas le cis-tème» de Sophie Labelle!


Il s'agit d'une compilation des meilleures pages de 2014 de la bande dessinée en ligne Assignée garçon ( www.facebook.com/assigneegarcon ), qui relate les aventures de Stéphie, une fille trans de 11 ans.

Sophie Labelle est auteure d'ouvrages pour la jeunesse, enseignante au primaire et conférencière sur les enjeux trans.

Il sera possible d'acheter le livre sur place au coût de 5$.

http://assigneegarcon.tumblr.com/

Sophie donnera aussi une conférence à l'université Laval le 16 https://www.facebook.com/events/235610486609704/.

3.04.2015

Mardi 10 mars à 19h: atelier sur le thème de la répréssion policière des margianux, des mouvement sociaux et politiques


Le Collectif Subvercité présente un atelier sur le thème de la répression policière des marginaux, des mouvements sociaux et politiques, dans le cadre de la série d'ateliers «Les Pensées sauvages».
Cela nous permettra également d'amorcer la semaine contre la brutalité policière, du 15 au 22 mars 2015.
Nous aborderons différentes questions au cours de la soirée:
D'abord, il sera question de répression des mouvements sociaux et politiques. Depuis quelques années, de nouveaux outils législatifs et institutionnels viennent contrecarrer le droit de manifester au Québec et à Québec. Notons, entre autres, l’utilisation de certains articles du Règlement sur la paix et le bon ordre et du Code de la sécurité routière (500.1). De plus, nous avons appris récemment l’avènement d’une loi fédérale prétendument anti-terroriste, ainsi que l'installation d'une nouvelle unité de la GRC dans la capitale. Quels seront les impacts de ces nouvelles mesures sur les luttes sociales et politiques? Et quelles seront les conséquences pour la mobilisation du printemps 2015 qui s’amorce ?
Puis, nous discuterons de la répression policière des personnes marginalisées. Face aux abus policiers, les personnes concernées et leurs alliéEs s’organisent. Notamment, suite au décès de Guy Blouin, cycliste happé mortellement par une auto-patrouille il y a maintenant 6 mois, le Comité du 3 septembre s’est formé. Ce groupe se réunit autour d’objectifs communs : conserver la mémoire de M. Blouin et agir sur les enjeux d’impunité policière. D’autres actions s’organisent également pour lutter contre le profilage social et les contraventions abusives.
Finalement, nous aborderons la question des liens entre le profilage social et le profilage politique: comment les deux se recoupent-ils? Comment créer des liens de solidarité entre les différents groupes sociaux qui vivent de la répression ?